L'HISTOIRE
L'HISTOIRE
"le clos des grives" Passionnément JARDIN
"le clos des grives" Passionnément JARDIN

Les carpes KoÏ :

Comportement des koïs

Les carpes koï sont omnivores à tendance herbivores, ce qui explique leur caractère pacifique et grégaire. Elles restent souvent regroupées en bancs et effectuent ensemble des aller-retour entre leurs lieux de repos et d'alimentation.

Les koïs affectionnent les fonds sablonneux ou vaseux dans lesquels elles cherchent de la nourriture à l'aide de leurs deux paires de barbillons.

Plus la température de l'eau est élevée, plus les carpes seront voraces. Mais lorsque la température descend sous la barre des 6 °C, les carpes cessent pratiquement de s'alimenter et entrent dans une phase de semi-hibernation qui peut durer tout l'hiver. Elles se cachent alors au fond du bassin, presque enfoncées dans la vase, afin de se protéger du froid.

Maintenance en captivité

Les carpes koï ne peuvent être maintenues qu'en extérieur, dans des bassins aménagés ou des étangs. Elles sont incapables de survivre en aquarium, puisqu'il faut un mètre cube d'eau pour une carpe koï adulte.

La carpe koï est un animal paisible et familier, la cohabitation avec d'autres espèces de poissons ne pose donc aucun problème.

Elle se contente de tout type de nourriture pour poisson de bassin. La quantité absorbée dépend de la température de l'eau, et donc celle-ci est plus facile à doser si elle flotte. Durant les mois d'hiver et en dessous de 8°C environ, il est inutile de les nourrir.

L'histoire de la carpe koï

La Carpe commune (formes normale et cuir) qui a servi de souche aux carpes koï.
Six carpes koï de différentes variétés colorées.

Contrairement à ce qu'on pourrait croire, la carpe koï n'est pas originaire du Japon. La plus ancienne forme du nishikigoi, appelé magoi, était noire et vivait dans les mers Noire, Caspienne, d'Aral et d'Azov. C'est en Chine qu'apparaissent les premiers écrits les concernant au environ de 500 av.J.-C..

Les premières techniques d'élevage de la carpe koï furent également inventées en Chine. Les variations chromatiques se limitaient alors au rouge et au gris car on l'élevait principalement pour la saveur de sa chair. La carpe koï ne fut introduite au Japon que lors des invasions chinoises.

C'est au XVIIe siècle, dans la région du Niigata, que l'on introduisit la carpe dans les rizières afin d'agrémenter le régime à base de riz des paysans. Les premières mutations chromatiques dignes de ce nom apparurent entre 1804 et 1830 et concernèrent les carpes rouge, blanche et jaune. Entre 1830 et 1850, les kohaku virent le jour à la suite d'un croisement entre une carpe blanche et une carpe rouge. Et dès la fin du XIXe siècle, la plupart des variétés que nous connaissons maintenant s'étaient établies.

L'élevage des carpes koï ne connut cependant qu'un succès qui ne dépassa pas les frontières du Niigata. Mais au sein de cette région, certains poissons valurent bientôt leur pesant d'or et l'élevage fut temporairement interdit par les autorités locales qui considéraient cela comme de la spéculation.

Ce n'est qu'à la suite d'une exposition à Tokyo en 1914 que les koïs sortirent de leur isolement, le maire d'un village du Niigata y ayant envoyé 27 exemplaires afin de sensibiliser le public aux conditions de travail pénible dans la région. Huit de ces carpes furent offertes au fils de l'empereur Taisho. Ce fut cet évènement qui permit la propagation de la carpe koï dans le monde entier.

Le marché de la carpe koï s'est considérablement développé à l'issue de la Seconde guerre mondiale grâce au transport aérien et la création d'élevages à l'extérieur du Japon. Maintenant, de nombreux pays assurent la production de carpes ornementales, mais la qualité des koïs élevées au Japon surpasse néanmoins toute concurrence.

Marché et collectionneurs

Les carpes koï peuvent être très onéreuses, suivant leur classe : A, B et C ; la classe A étant la plus chère. En effet, on compte des individus dont le prix peut aller jusqu'à 200 000 dollars(180 000 euros) pour les plus rares au début des années 2000. Le record absolu est une vente réalisée en 2008 pour un montant de 347 000 euros.

Les carpes koï de classe A proviennent uniquement d'élevages japonais et sont pour cela considérées comme étant les meilleures. Les carpes koï nées de parents japonais, mais qui n'ont pas été élevées au Japon forment la classe B. En revanche, les carpes de grade C n'ont pas de liens de parenté avec les koïs et ne devraient pas être considérées comme telles.

La plus prisée des carpes koï est le tancho. Cette carpe est blanche avec une tache rouge unique sur la tête. Son nom provient de la grue du Japon, qui arbore également ce motif. Elle est particulièrement appréciée chez les Japonais puisque son motif rappelle le drapeau du pays.

 

Poisson blanc avec un rond rouge sur la tête
La variété Tancho qui évoque le drapeau japonais 
Drapeau du Japon, est particulièrement prisée dans ce pays

 

La carpe de brocart dans la culture

Les carpes de brocart ont une place importante dans la culture japonaise, où elles sont un symbole d'amour et de virilité. Leur succès s'est étendu partout où ces poissons ont été exportés, elles apportent beaucoup de charme et de dynamisme à un bassin de jardin. Les carpes koï étant très calmes, elles apportent beauté et sérénité dans un bassin.

Au Japon, ces carpes servaient à agrémenter les jardins. Elles donnaient une touche de couleur, de vie et de sérénité dans ce lieu de repos. La tradition voulait que l'invité prestigieux choisisse en entrant le spécimen qu'il allait déguster pendant le repas.

Plus précisément, elles représentent la force et la persévérance, du fait qu'elles remontent à contre-courant les rivières et cascades du Japon et d'Asie. Selon la légende chinoise, les carpes du fleuve jaune, après avoir remonté le fleuve, s'envoleraient vers le ciel en se transformant en dragons. Cette légende serait à l'origine au Japon des koi-nobori ( lit. « bannière carpe »), des manches à air en forme de carpes koï utilisées lors de la journée des enfants, le 5 mai, héritée de la fête chinoise du duanwu, du 5e jour du 5e mois du calendrier lunaire), ayant jadis pour objet d'encourager les garçons à être forts et valeureux.

On raconte que le philosophe Confucius reçut une carpe koï de la part du roi et aurait nommé son fils d'après ce poisson, car il était le seul à pouvoir remonter les chutes du fleuve jaune.

En Chine, elles agrémentent les bassins des temples bouddhistes et taoïstes, généralement au côté de tortues carnivores, créant ainsi un équilibre naturel, ou des parcs et jardins.

De la même façon, en Europe, on place souvent des carpes de couleur noire dans les bassins des châteaux.

Pour les horaires de marée cliquez ci-dessous :

visiteurs depuis la création de ce site en Août 2013

Sur la page "sites d'informations" 

visualiser la dernière émission tv de "silence ça pousse", visualiser l'émission tv belge "jardins et loisirs", visualiser le bulletin météo de la Haute Normandie en vidéo, regarder en direct la chaine de télévision Normandie TV, écouter en direct la radio france bleu haute normandie, lire les infos de paris-normandie, du courrier cauchois, de normandie-actu, de ouest-france, connaître l'agenda des manifestations concernant les jardins, etc... Le tout à la rubrique sites d'information.

Sur les pages diaporamas 

Visualisez cent soixante seize diaporamas de jardins : le jardin le vastérival, le jardin de valérianes, le jardin de chaligny, le jardin du bâtiment, les jardins d'agapanthe, le jardin d'alcime, le jardin des sculptures, les jardins suspendus du havre, le jardin des martels, le clos du parc, parc du domaine de grenade, le chat lunatique, le parc monastique du prieuré saint pierre, jardin d'Albi, "naturospace", "le jardin des prés", "le jardin des sources", "festival des dahlias" Coutances, le jardin "Jacques Prévert", le "jardin du château de Vauville", chaumont sur loire, la chatonnière, "claude monet" à giverny en 2010 et en 2012, villandry, mézidon-canon, "le clos du coudray", le "jardin d'Elle", le jardin "intérieur à ciel ouvert", le jardin "plume", le jardin des plantes et botanique de caen, le jardin castillon plantbessin, le jardin médiéval de Loches, le jardin des plantes de Coutances, jardin du château de gaujacq, parc de clères, le jardin du manoir des prés, keukenhof, jardin majorelle, tule, sri lanka, plitvicka, château de vendeuvre, jardins d'angélique, jardin de Mme gaspar, château de vandrimare, jardins de bellevue, jardin d'ar'home, chine, guatémala, jardin du pays d'auge, parc du château d'arnouville, château de pau, cambodge, château de morlanne, chateau de saint germain de livet et jardin de l'abbé marie, thaïlande, la colline aux oiseaux, parc des moutiers, abbaye de frontfroide, jardin de madame evrard, monastère royal de brou, arboretum d'harcourt, shamrock, château du rivau, l'arbre d'hippocrate, latour-marliac, le chêne d'allouville-bellefosse, la serre tropicale du val de reuil, champ de bataille, jardin d'Anne-Marie et Pierre Quedreux, jardin de Nelly et Jacques Degenetais, jardin de Christine et Maurice Etcheto, ardwell mains, dumfries, dunskey, kennedy, logan, broughton, culzean castle, genwhan, mc gregor, corsock, les nouveaux jardins de louanne, les jardins du logis de la chabotterie, le parc du château de la salière, le jardin médiéval de bazoges en pareds, le parc du domaine de l'auneau, le jardin de jean pierre poiroux, parc du château de l'hermenault, la petite coudraie, jardin de la pellerine, jardin des plantes de nantes, château de villaines, l'argentor, le parc botanique de haute bretagne, la maison de la vie rurale, le parc oriental de maulévrier, le parc du thabor, le château de carrouges, le jardin de l'étang de l'aunay, jardin des plantes rouen, jardin japonais du havre, le clos normand, les hêtres, le jardin de saboutot, la cheminée tournante, château de martainville, la closerie, l'abbaye saint georges, la ferme des templiers, les jardin d'humesnil, le clos d'angélina, le parc william farcy, le Parc de la Matmut, le manoir du grand launay, le potager du château Colbert, le jardin public d'angers, le château de jarzé, le logis de la constantinière, les jardins du château d'angers, potager du château montriou, potager du château d'épiré, jardin du château valmer, jardin du manoir chatelaison, parc terra botanica, parc oriental maulévrier, château de villandry, abbaye de fontevraud, jardins de la mansonière, chédigny, pagode de chanteloup, manoir de pontgirard, le clos lucé, le jardin françois, parc du château de pinterville, chaumont sur loire 2015, château saint bernard, jardin de l'hermitage, jardin de ma mère, parc du château de bionnay, la bonne maison, la belle allemande, nouveau jardin de bernard, parc de la tête d'or, jardin levasseur, jardin lacroix, le thuit saint jean, jardin de la motte, jardin capelle, jardin de la grange, jardin de narassauria, château mesnil geoffroy, jardin du mesnil, chasse-spleen, la ferme de rené, le château d'heugleville, le jardin de la vallée, arborétum de balaine, jardin campin, sissinghurst, le clos de chanchore, les jardins du pays d'auge, les jardins du château de boutemont, jardin cotelle, le jardin de l'ancienne abbaye, château de galleville, jardin de ronfrebosc, château de bosmelet, jardin d'eawy, Chedigny, flore et sens, la mare aux trembles, le jardin du moulin ventin, parc et jardins du château de digeon, 

pour jardiner avec la lune cliquez ci-dessous :

pour tout connaître sur le jardinage avec la lune cliquez sur :